Cuba, Destinations insulaires, Voyage

15 jours à Cuba : itinéraire et conseils pratiques

Cuba
15 jours à Cuba : itinéraire et conseils pratiques

Dans ce nouvel article dédié aux informations pratiques, nous partageons avec vous notre itinéraire de 15 jours à Cuba ainsi que nos conseils et astuces pour préparer au mieux votre voyage et éviter les mésaventures bien qu’elles soient souvent riches de souvenirs. Car au delà de ces belles images de voitures américaines, de beaux musiciens et de bons mojitos, Cuba est une île des Caraïbes qui peut dérouter de par ses nombreux contrastes. Car il est vrai, le pays séduit par sa forte identité, qui mêle légende politique, culture et soleil. Mais notre conseil le plus précieux et le plus utile qu’il soit : avant de partir à Cuba, n’hésitez pas à vous renseigner sur l’histoire du pays et son contexte géopolitique. C’est selon nous, un essentiel pour comprendre au mieux le mode de vie des cubains. Et n’oubliez pas de réviser votre espagnol, il vous sera essentiel pour échanger.

Les dernières informations sur la situation géopolitique : Le départ prévu de Raul Castro en avril 2018 mettra un terme à six décennies de pouvoir des frères Castro sur Cuba.

Ce que vous ne savez peut-être pas :

  • La population est en grande majorité d’origine espagnole : ne vous étonnez pas de découvrir des cubains blonds aux yeux bleus ! Notre guide à Vinalès l’était, c’est plutôt surprenant surtout lorsque l’on se fait l’idée d’un cubain à la peau mate et dorée.
  • Cuba est une île très sûre, aucun sentiment d’insécurité lors de notre voyage, bien au contraire. Il s’agit même de l’un des pays les plus sûrs au monde. 
  • Malheureusement pas de liberté d’expression, de presse, etc. La délation est encore présente, c’est pourquoi les cubains parlent peu du régime politique.
  • Un système de santé performant et un bon système scolaire.  Les cubains jonglent néanmoins entre plusieurs boulots. Une guide à Vinalès faisait aussi du ménage, tandis que son fils ingénieur était également guide.
  • La destination n’est pas forcément bon marché concernant notamment la restauration et la location de voiture.
  • Les américains sont de plus en plus nombreux : le nombre d’arrivées d’Américains à Cuba a triplé en 2017 par rapport à l’année précédente grâce à la levée de l’interdiction de se rendre dans le pays. Mais nous avons surtout rencontrés des canadiens, des allemands et des français.
  • Le pays se prête très bien à un voyage en solo, les voyageuses ne restent jamais longtemps seules.

Cuba face au tourisme

Pour poser le cadre, Cuba est une destination qui ne fait pas l’unanimité depuis la levée de l’embargo. Elle est en effet devenue une destination très tendance depuis ces dernières années. Comme de nombreux occidentaux, nous sommes de ces voyageurs qui ont succombé aux sirènes de l’île cubaine. On nous a répété inlassablement « Allez-y le plus rapidement possible avant que le tourisme ne change le visage de Cuba ». C’est ce que nous avons fait, comme plus de 4 millions de touristes en 2016. Mais l’île peine encore à suivre en terme d’infrastructure….

Nous sommes revenus enchantés de ce voyage, tandis que d’autres en sont revenus déçus. Les réponses évoquées sont souvent les mêmes : l’absence d’échanges avec les cubains, le rapport à l’argent qui biaise les échanges, les arnaques avec la monnaie, trop de touristes,…

Bon à savoir : Le tourisme est une des principales sources de revenu du pays notamment pour les cubains qui vivent dans les étapes dites touristiques. L’ouverture du pays peut en effet induire chez les cubains un rapport bien plus intéressé. Il faut néanmoins avoir en tête que le salaire moyen n’est que de 60 euros. Bien moins pour les paysans encore nombreux sur l’île. Cette manne financière bénéficiera sans doute davantage aux cubains plus aisés mais nous espérons que l’argent bénéficiera directement ou indirectement à l’ensemble de la population.

Quand partir à Cuba ?

Cuba se visite de décembre à mars. Nous y sommes allés en février. Bon nombre de canadiens viennent en fin d’année/début d’année. En février, il y a un peu moins de touristes et nos différents hôtes semblaient heureux de retrouver un peu plus de calme sur ce mois de février.

Les formalités administratives : avant votre départ

Pour voyager à Cuba, quelques formalités administratives nous plongent très rapidement dans l’organisation de ce voyage. Pour se rendre à Cuba, il faudra vous munir d’un visa touristique :

  • soit en vous rendant au consulat de Cuba (adresse : 14-16, rue de Presles, 75015 Paris. Tél. : 01-45-67-98-81 ou 55-35. Courriel : conscu@ambacuba.fr) pour l’obtention d’une carte de tourisme qui fait office de visa.  Il faudra sans doute poser une demi-journée pour l’effectuer puisque le consulat est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h. Comptez 25 euros.
  • soit comme nous en faisant une demande de visa en ligne directement auprès d’agences de voyage comme NovelaCuba, comptez 27 euros / visa.

Et pour obtenir ce sésame, il faudra vous munir de votre passeport et de votre billet d’avion ou une attestation de la compagnie aérienne. De plus tous les voyageurs doivent présenter un document attestant la souscription à une police d’assurance voyage, couvrant les frais médicaux et l’assistance en cas de rapatriement.

Notre itinéraire sur 15 jours : cap sur l’ouest de l’île !

L’île de Cuba est la plus grande île des Caraïbes, ne comptez pas y faire le tour en 15 jours. Des choix se sont imposés à nous, et pour ce premier voyage, nous avons privilégié l’ouest de l’île pour y découvrir notamment Vinales avec ses paysages de mongotes et ses champs de tabac. Si vous souhaitez absolument sortir des sentiers battus, regardez également vers l’est de l’île. Notre itinéraire de 15 jours fut le suivant :

  • La Havane : 2 jours (jour de l’arrivée en soirée et départ le lendemain). Nous avons séjourné près de la station de bus Viazul. Pour découvrir notre séjour à la Havane, cliquez ici.
  • Vinales : 5 jours (4 nuits). Pour découvrir cette jolie étape, cliquez ici.
  • Cienfuegos : 2 jours (1 nuit) (suffisant selon nous)
  • Trinidad : 4 jours (3 nuits) (une troisième aurait été la bienvenue). Pour découvrir la belle Trinidad, cliquez ici.
  • Cayo Guillermo : 3 jours (2 nuits). Pour découvrir la très belle plage cliquez ici.
  • La Havane : 4 jours (3 nuits). Pour découvrir notre séjour à la Havane, cliquez ici.

Cuba

L’argent : soyez vigilant !

Il faut savoir que deux monnaies cohabitent à Cuba, le Peso cubain et le Peso Convertible (CUC). Le début du casse-tête commence. Malgré quelques appréhensions les deux premiers jours, nous nous sommes familiarisés à cette particularité cubaine. Pas de mésaventures de notre côté mais restez vigilants.

  • Le Peso cubain réservé aux cubains (CUP). Les touristes ne peuvent pas détenir cette monnaie, ni payer avec si elle en détient.
  • Le Peso Convertible (CUC) est la monnaie pour les touristes. 1 CUC équivaut à 24 CUP et à 0,80 € environ.

Notre conseil : avant notre départ, nous avions cherché des visuels de ces fameux CUC et CUP que nous avons enregistré dans notre téléphone. Lors des premiers jours, ces visuels nous ont permis de faire rapidement la différence entre les monnaies surtout lorsqu’on nous rendait la monnaie. Vérifiez donc bien que l’on vous rend la monnaie en CUC et non en CUP. Sur les billets, c’est indiqué Peso Convertible.

Combien retirer ?

Lors de votre arrivée à la Havane, vous pourrez changer directement vos euros avec des CUC. En sortant du terminal et après avoir récupéré vos bagages, tout de suite à droite, il y a le bureau de change. Vous pourrez retirer aussi des CUC dans certains distributeurs automatiques de banque ou changer dans les hôtels mais nous vous préconisons de partir avec de l’espèce sur vous.

Notre conseil : Nous étions partis avec environ 1200 euros en espèce et  avons échangé à l’aéroport 800 euros en CUC.

Réservez ou pas : en fonction de votre façon de voyager !

Avant toute chose, il faut savoir que la connexion wifi est difficilement accessible pour une grande majorité de la population. De nombreuses casas ne sont donc pas référencées, vous pouvez trouver votre bonheur une fois sur place. On vous laisse ici nos impressions sur la latitude que vous pouvez prendre ou non sur chacune de nos étapes.

A la Havane  : A notre arrivée, nous étions heureux d’avoir réservé une nuit proche de l’arrêt Viazul puisque nous étions en partance pour Vinales. Pour les derniers jours passés dans la capitale, notre casa qui était plutôt appréciée des voyageurs et sans doute répertoriée dans des guides faisait l’objet de nombreuses demandes de voyageurs en recherche de casa. Malheureusement pour eux, tout était complet. Alors, oui pour la Havane, nous préconisons plutôt de réserver en amont si vous ne souhaitez pas perdre de temps une fois sur place. Mais si vous êtes des amoureux de liberté et non pressé, il est jouable de ne pas réserver.

A Vinalès : Nous avions une fois encore réservé mais ici l’offre de casa est assez conséquente. L’accès à internet y est difficile et les familles n’y ont pas toujours accès. Une partie de l’offre n’est pas donc visible sur internet. Vous trouverez donc aisément des casas notamment à la descente des bus Viazul.

A Cienfuegos : la ville est moins touristique, vous pouvez facilement trouver une casa.

A Trinidad : la ville est très touristique, nous avions réservez à l’avance. On vous recommande de faire de même !

A Cayo Guillermo : l’offre est très limitée car il n’y a que de grands hôtels. Pensez donc à réserver à l’avance ou en arrivant à Cuba. Une employée de l’agence de voyage d’Etat CubaTur de Trinidade nous conseillait de réserver sur place, les prix à priori étant plus intéressants.

Cuba

Les modes de transport : vous avez le choix !

Pour vous déplacer, vous allez comme nous vous poser mille et une questions concernant le meilleur moyen de relier les principales étapes et pour découvrir au mieux la vie cubaine. Nous avons reçu de nombreuses questions à ce sujet. Le choix est presque cornélien. A dire vrai, notre première idée était de louer une voiture mais le prix, les mésaventures de certains voyageurs et la vétusté de certaines voitures nous ont vite refroidis.

Nous avons donc relié les différentes étapes principalement en bus :

  • De la Havane à Vinalès : bus Viazul : 2h30 (12 euros)
  • De Vinalès à Cienfuegos : bus Viazul : 5h (30 euros)
  • De Cienfuegos à Trinidad : bus Viazul : 1h (12 euros)
  • De Trinidad à Cayo Guillermo : taxi officiel réservé via l’agence Cubatur de Trinidad : 3h30-4h de trajet (45 euros)
  • De Cayo Guillermo à La havane : collectif partagé avec un couple de voyageurs italiens (35 euros)

A savoir pour le bus Viazul : Les avantages que l’on y voit : plus de facilité pour dormir si le trajet est long. Les inconvénients : retard des bus et des trajets plus long qu’en voiture. Il faut penser à réserver en avance surtout en haute saison.

A savoir pour les taxis collectifs : Les avantages : plus rapide et plus typique : permet l’échange avec le chauffeur et les voyageurs sur de longs trajets. Les inconvénients : peu confortable, difficile de dormir ou de se reposer.

A savoir pour les taxis d’Etat : ils sont onéreux, nous n’en avons pris aucun.

Ayant testé le bus et le taxi collectif, nous nous conseillons de conjuguer les deux offres en fonction des distances.

Cuba

La location de voiture : bonne ou mauvaise idée ?

Avant de partir, nous nous étions longuement posés a question de la location de voiture. La voiture offre en effet une liberté de mouvement incroyable, nous aimons particulièrement cette façon de parcourir un pays. Malgré cette envie de prendre la route, le prix de la location nous a vite refroidis : 1200 euros pour 15 jours de location. C’était hors de question de mettre une somme pareille pour une vieille voiture.

Bon à savoir : Aussi lors de notre voyage, des voyageurs avaient réservé une voiture depuis la France, arrivés sur place, il faisait choux blanc. Il n’y avait plus de voitures disponibles malgré la réservation. Inadéquation entre l’offre et la demande.  Si vous êtes chanceux, les prix varient en fonction du type de voiture, de la saison et de la durée de la location. Comptez environ entre 80-100 CUC par jour pour une voiture de catégorie moyenne. Pour les distances inférieures à 150 km, il est en réalité plus économique de prendre un taxi; au moment où nous écrivons ces lignes, les chauffeurs demandent 0,55 CUC du kilomètre pour les trajets d’une ville à l’autre.

L’accès à Internet : le casse-tête cubain?

A Cuba, les accès à Internet sont rares et impossible d’y avoir accès avec les opérateurs locaux. Les moyens d’accéder se font depuis les grands hôtels, certaines casas et dans les villes uniquement dans les points d’accès Wifi de l’opérateur ETECSA qui se trouvent dans le parc central des principales villes. Retrouvez ici la liste complète des points Wifi à Cuba.

Pour accéder à internet depuis les points Wifi, il faut vous procurer des cartes de téléphone (30 min, 1h ou 5h) dans les boutiques de l’opérateur d’Etecsa. Le prix est de 1 CUC par heure.

Bon à savoir : N’oubliez pas de vous munir de votre passeport pour pouvoir acheter les cartes.

Notre conseil : Si vous le pouvez achetez un maximum de cartes, cela vous évitera de refaire la queue car les files d’attentes peuvent parfois être décourageantes. De plus les cartes peuvent être utilisées dans tout le pays. Et puis, Cuba se prête vraiment très bien à une déconnexion. N’hésitez pas à en profiter pour lâcher votre téléphone.

Cuba

La nourriture et les cocktails : vive le rhum !

La cuisine cubaine vous décevra peut être si vous êtes un amoureux des cuisines variées et élaborées.Des langoustes, du riz, des haricots rouges, de la banane, du rhum… On en fait vite le tour, il faut l’avouer. On peut néanmoins retrouver une cuisine internationale à la Havane mais les prix ne sont pas si bons marchés. Il est néanmoins intéressant de dissocier à Cuba le restaurant privé et celui de l’Etat. Autorisés par Fidel Castro dans les années 90, ces restaurants étatiques sont limités à douze couverts avec un personnel exclusivement familial. Le service est souvent long et les restaurateurs font face à des problèmes d’approvisionnement. Mais aujourd’hui, ils peuvent disposer d’une cinquantaine de couverts, embaucher du personnel qualifié et offrir des menus élaborés. Mais le service peut être toujours aussi long…. mais finalement on s’étonne à devenir patient et à profiter de chaque instant. 

Nos conseils :

  • Dînez dans votre casa : de notre côté, c’est chez l’habitant que nous avons le mieux dîner notamment à Vinales.
  • Goûtez à la conchanchara à Trinidad, une cocktail que vous ne retrouverez que là bas. Et bien entendu, profitez des délicieux cocktails à base de rhum !

 

Cuba

L’hébergement : les casas à profusion !

A Cuba,  l’embargo économique, dure depuis 1962. Dans ce pays communiste, la population vit donc avec certaines restrictions. Et pour les touristes, les infrastructures hôtelières, qui sont toutes propriété de l’État, ne sont pas toujours à la hauteur des attentes.. C’est pourquoi s’est développé le phénomène des «casas particulares», ou hébergement chez l’habitant. A Cuba, deux modes d’hébergement s’offrent à vous : la casa particular et l’hôtel.

On ne peut que vous conseiller d’aller séjourner chez l’habitant, dans des casa particular. Même si les cubains en font souvent une activité principale qui permet aux familles de vivre de l’accueil des touristes. Certaines casas proposeront des prestations dignes de petits hôtels ou de chambres d’hôtes. Mais si vous vous attendez à vivre vraiment chez l’habitant, vous serez un sans doute déçu.  Par exemple, les repas ne sont pas partagés avec les cubains.

Les cubains et l’art de la séduction : on n’y échappe pas !

Le seul conseil qui vaille à Cuba : n’y allez pas si votre partenaire est un jaloux maladif 😉

Blague à part, les cubains pratiquent l’art de la séduction à tout heure et à tout âge. Il ne faut pas se formaliser du regard parfois très insistant des cubains. Ils restent néanmoins très corrects, quand bien même ils n’hésiteront pas à vous inviter à danser et à vous glisser quelques compliments et propositions même si vous êtes en couple. Expérience vécue !

Les médicaments: approvisionnez-vous !

Les médicaments sont difficilement accessibles car souvent mal approvisionnés, faites donc votre propre trousse avec assez de médicaments, on vous conseille d’emporter les médicaments suivants :

  • Paracétamol
  • Anti-diarrhéique
  • Spasfon
  • Des pansements et de l’antiseptique
  • Anti-moustique (eh oui il y a des aussi des moustiques)
  • Pour les femmes : serviettes hygiéniques et tampons

Nos liens utiles :

  • Réservez votre vol pour La Havane avec Air France (à partir de 445 euros l’aller/retour).
  • Réservez votre trajet pour relier les différentes villes en bus avec Viazul.
  • Trouvez votre hébergement à la Havane avec Booking.

 

Visualisez sur la carte nos étapes de notre itinéraire :

 

Nous espérons que cet article vous sera utile et que vous allez aimé ce pays autant que nous !